Tout

Allison/Fabian

 

Tout, tout
Tout est fini entre nous, tout
J'ai plus la force du tout, tout
d'y croire et d'espérer

Tout, tout
A présent, je te dis tout
De ce vide entre nous tout
De tes mains désabusées


Tout, tout ce qui nous unit
Tout ce qui nous détruit au corps
Est à présent fini


Tout ces moments incompris
Ces instants indécis s'écrivent
Au passé aujourd'hui, c'est fini,


Nous, nous on était pas comme les autres
Nous, on décidait d'être entre autre
Nous, les plus forts, les plus fous
Nous, nous on avait rien à prouver
Nous on avait rien à gâcher
Sauf, sauf notre liberté

 

Nous, on n'a rien vu passer
Rien vu se déchirer
Pas même la force de ces années
Nous, on a joué le tout pour le tout
On s'est dit on s'en fout
On a l'univers rien qu'à nous
On a tout

Sors, sors
De mon sang, de mon corps
Sors, toi qui me gardes encore, sors
Au creux de tes regrets

Parle, parle
Dis-le moi sans trembler

Que t'en as plus rien à cirer
Parle, pleure et je comprendrai

Tu sais, tu sais que je peux tout entendre
Partir rester ou même me rendre
Que le ciel là-haut m'entende

Tout, tout, tout est fini entre nous, tout
J'ai plus la force du tout d'y croire et d'espérer
Tout, tout, tout est fini entre nous, tout
Mais je garde l'espoir fou qu'un jour on redira
Nous

 

J’ai zappé

Owen/Thoma

 

Un bout de mer, tout s'accélère
Jamais moyen de retourner en arrière
Un bout de ciel, des mauvaises nouvelles
De l'autre hémisphère
La météo, soleil tout là-haut
Sauf pour ceux qui brûlent de froid en enfer
Tourbillon, désinformation
C'est partout l'hiver

Dans ma mémoire, seul devant les chars
Un homme debout à fait avancer l'histoire
Et pourtant, rien n'est différent
La guerre, les gens
Tout se brouille, devant mes yeux
Et je ne comprends plus du tout qui mène le jeu
Cette voix de fer, me dit "tout va de travers"

Alors j'ai zappé
Pour que l'image change
Et j'ai prié très fort
Pour que tout s'arrange
Si y a quelqu'un là-haut
Faites qu'on reprenne à zéro

Et j'espère, mais y a plus rien à faire
C'est comme une partie de carte sans jokers
Pas de doute, plus personne n'écoute
Sur cette petite planète
Pas de doute, personne ne s'écoute
Tous les appels se perdent dans la tempête
Cette voix de fer, me dit "tout va de travers"

Refrain

 

J’ai zappé
Pas de doute, personne ne s'écoute
Tous les appels se perdent dans la tempête
Cette voix de fer, me dit "tout va de travers"

Refrain x2

Un bout de mer
Un bout de soleil
L'autre hémisphère
J'espère, j’espère

 

La différence

Allison/Fabian

 

La différence
Celle qui dérange
Une préférence, un état d'âme
Une circonstance
Un corps à corps en désaccord
Avec les gens trop bien pensants,
Les mœurs d'abord
Leur peau ne s'étonnera jamais des différences
Elles se ressemblent
Se touchent
Comme ces deux hommes qui dansent

Sans jamais parler, sans jamais crier
Ils s'aiment en silence
Sans jamais mentir, ni se retourner
Ils se font confiance
Si vous saviez
Comme ils se foutent de nos injures
Ils préfèrent l'amour, surtout le vrai
À nos murmures

Ils parlent souvent des autres gens
Qui s'aiment si fort
Qui s'aiment, comme on dit normalement
De cet enfant tellement absent
De ce mal du sang qui court
Et tue si librement
Leurs yeux ne s'éloigneront jamais par négligence
Ils se reconnaissent, s'apprivoisent
Comme ces deux femmes qui dansent

Sans jamais parler, sans jamais crier
Elles s'aiment en silence
Sans jamais mentir, ni se retourner
Elles se font confiance
Si vous saviez
Comme elles se foutent de nos injures
Elles préfèrent l'amour, surtout le vrai
À nos murmures

De Verlaine à Rimbaud quand on y pense
On tolère l'exceptionnelle différence

Sans jamais parler sans jamais crier
Ils s'aiment en silence
Sans jamais mentir, ni se retourner
Ils se font confiance
Si vous saviez
Comme ils se foutent de nos injures
Ils préfèrent l'amour, surtout le vrai
À nos murmures

La différence quand on y pense
Mais quelle différence

 

Humana

Allison/Fabian

 

Humana

Il te faudra partir
Au lever du soleil
Quitter cette vie
Qui tous les jours pareil
Détruira tes rêves
Dérangera ton ciel
Humana

Plier tout tes bagages
Partir avec les tiens
Entreprendre un voyage
Qui te mènera plus loin
Ne te retourne pas
Mon visage sera toi
Humana

Et poussé par tous les vents, par tous les vents
Même si certains retiendrons ta foi
Ne regarde que la lumière, que la lumière
Et élève la voix
Humana


Chante plus fort
Et marche encore
On parle de toi
Humana

Assouvir ce désir
D'être enfin le roi
D'étendues si vastes
Que tu n'imaginais pas
Tout tenir dans tes mains
Mais tu y es déjà
Humana

 

Et poussé par tous les vents, par tous les vents
Même si certains retiendrons ta foi
Ne regarde que la lumière, que la lumière
Et élève la voix


Humana

Chante plus fort
Et marche encore
On parle de toi
Humana

Humana, humana, humana…

 

Et poussé par tous les vents, par tous les vents
Même si certains retiendrons ta foi
Ne regarde que la lumière, que la lumière
Et élève la voix
Humana

 

Chante plus fort et marche encore

On parle de toi

Humana

Chante plus fort, chante plus fort

Et marche encore, marche encore

On parle de toi, de toi

Humana, humana

 

Chante

Il te faudra partir

Plus fort

Chante plus fort

Et marche

Au lever du soleil

Encore

Marche encore

On parle

Entreprendre un voyage

De toi

Humana, humana

 

Chante

Il te faudra partir

Ne te retourne pas

Et marche

Au lever du soleil

La vie se raccroche à toi

Entreprendre un voyage

Humana, humana…

 

Urgent désir

Lavoie/Proulx

 

Petite rose bien esseulée
Recherche tendre jardinier
Pour cultiver des tendresses
Près d'une grande maison fleurie
Petit navire fuyant l'hiver
Recherche capitaine au long cours
Pour entreprendre une croisière
Sur un océan d'amour

Urgent désir, vous rencontrer
Soit pour la vie, soit pour l'été
Tout effacer
Recommencer
Urgent désir

Je suis femme douce et féline
La nuit j'ai le corps andalou
L'amour me rend câline
J'ignore les tabous
Si tu as l'âme de poète
Et tu te sens bien dans ta tête
Si ton cœur est de bohème
Je saurai dire je t'aime

Refrain

Urgent désir, vous rencontrer
Soit pour la vie, soit pour l'été

Peur de mourir sans être aimée
Sans vous connaître

Urgent désir, vous rencontrer
Soit pour la vie , soit pour l'été

Peur de mourir sans être aimée
Sans vous connaître

Urgent désir…

 

Les amoureux de l’an deux mille

Allison/Fabian

 

Les amoureux de l'an deux mille
Cherchent à comprendre
Que seules leurs mains restent mobiles
Pour se défendre
Ils transmettent par ordinateur
Chacun des battements de leur cœur

Les amoureux de l'an deux mille
Viennent juste d'apprendre
Que pour se câbler sur la ville
Faut être…

 Internet tendre
Pour garder l'envie d'exister
Presser sur START et démarrer

Débranchez moi
Je voyage vers ce monde là
Monde sans été
Monde sans hiver
J'préfère brûler en enfer
Débranchez moi
Videz ma tête de ce métal
Arrachez ces câbles et faites moi mal

Réanimez l'animal

Les amoureux de l'an deux mille se synthétisent
En plusieurs sentiments stériles
Qui s'électronisent
S'informatisent
Un simple rendez vous magique
Passe par un module de plastique

Refrain


Les amoureux de l'an deux mille
N'ont plus rien à craindre
On fait l'amour cybernétique
On vient de s'éteindre

Débranchez moi
Videz ma tête de ce métal
Arrachez ces câbles et faites moi mal
Réanimez l'animal
Débranchez moi
Je voyage vers ce monde là
Monde sans été
Monde sans hiver
J'préfère brûler en enfer
Débranchez moi
Videz ma tête de ce métal
Arrachez ces câbles et faites moi mal
Réanimez l'animal

 

Ici (pour Camille)

Fabian/Seff

 

Ici, ici j'ai connu la nuit
J'ai reçu la pluie
Comme une délivrance
Parfois, touché le silence
Ici, ici, j'ai appris l'oubli

Ici, ici, j'ai déjà aimé
Même détesté
Au delà du bien
Aimé, au delà du mal
Ici, pouvoir tout recommencer

C'est comme si un ange soudain
Me retenait les mains
J'ai regagné enfin la lumière
La certitude d'être forte et debout
Comme un instant de paix
À travers les éclairs
Je suis du ciel,
Du ciel et de la terre

Mais ici, ici j'ai vu la colère
Mes peines se défaire
Mes envies de batailles
Laissées aux chiens de paille
Ici, enfin tout ressemble à la vie

Refrain

Ici, enfin s'envole ma vie
S'éloigne la pluie
C'était la nuit

 

Alléluia

Allison/Fabian/Seff

 

Toi qu'on appelle l'enfant
D'un monde en déroute
Il te faudra apprendre à ignorer leurs doutes
 Leur manque de confiance, regarder droit devant
Leur prouver que tout n'est jamais qu'une question de temps

À tous les nostalgiques des paradis perdus
À tous les "de mon temps", "c'était vraiment mieux avant"
Ne les écoute pas
Toucher tes rêves personne ne t'en empêchera
Alléluia
Voguer sur tes galères comme bon te semblera

Alléluia
Dans un éclat de rire, ta vie comme un alléluia
Alléluia, Alléluia, Alléluia

Ton histoire au fond n'appartient qu'à toi
Elle fera partie de ces rêves qu'on ne vit qu'une fois
 Ton nom bien gravé dans la mémoire des gens
Qui t'offraient leurs doutes immenses
Pour seul encouragement

Refrain


Alléluia, alléluia, alléluia

Alléluia, alléluia, alléluia


Ton histoire au fond n'appartient qu'à toi
Elle fera partie de ces rêves qu'on ne vit qu'une fois
 Ton nom bien gravé dans la mémoire des gens
Qui t'offraient leurs doutes immenses
Pour seul encouragement

Refrain

 

Alléluia

 

Alléluia, Alléluia, Alléluia…..

 

Je t’aime

Allison/Fabian

 

D'accord, il existait d'autres façons de se quitter
Quelques éclats de verre auraient peut-être pu nous aider
Dans ce silence amer, j'ai décidé de pardonner
Les erreurs qu'on peut faire à trop s'aimer

D'accord la petite fille en moi souvent te réclamait
Presque comme une mère, tu me bordais, me protégeais
Je t'ai volé ce sang qu'on aurait pas dû partager
À bout de mots, de rêves je vais crier


Je t'aime, je t'aime
Comme un fou, comme un soldat
Comme une star de cinéma
Je t'aime, je t'aime
Comme un loup, comme un roi
Comme un homme que je ne suis pas
Tu vois, je t'aime comme ça

D'accord je t'ai confié tous mes sourires, tous mes secrets
Même ceux, dont seul un frère est le gardien inavoué
Dans cette maison de pierre, Satan nous regardait danser
J'ai tant voulu la guerre de corps qui se faisaient la paix


Refrain

Je t'aime, je t'aime
Comme un fou, comme un soldat
Comme une star de cinéma
Je t'aime, je t'aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime

Comme un loup, comme un roi
Comme un homme que je ne suis pas
Tu vois, je t'aime comme ça
Tu vois, je t'aime comme ça

 

Je t’appartiens

Fabian/Clewer

 

Assise à ta place
Dans cette maison de glace
Je compte un à un mes torts
Je vois ces carafes remplies du vide
Qui transperce mon corps
Et toutes mes nuits se fondent
Jamais tes yeux ne tombent
De mon cœur qui succombe
À ton départ

Mais je t'appartiens
Comme l'orque et la mer ne font qu'un
Elles n'aiment qu'une seule fois
Puis échouent comme on se noie

Des projets, des rêves
S'arrachent et j'en crève
Je ne vis plus, je meurs
Même en surface
Te voir, me glace
Et m'éventre le cœur
Et toutes mes nuits se fondent
Tes bras une autre tombe
Je méprise même son ombre
Et ton départ

Refrain

 

Elles n’aiment qu’une seule fois

 

Perdere l’amore

Artegiani/Marrocchi

 

E adesso andate via
Voglio restare sola
Con la malinconia
Volare nel suo cielo
Non chiesi mai chi eri
Perche sceglesti me
Me che fino a ieri credevo fossi un re


Perdere l'amore, quando si fa sera
Quando fra i capelli un po d'argento li colora
Rischi d'impazzire, puo scoppiarti il cuore

Perdere l'amore e avere voglia di morire


Lascia mi gridare rinegare il cielo
Prendere a sassate tutti i sogni ancora in volo
Li faro cadere ad uno ad uno
Spezzero le ali del destino
E ti avro vicino


Comunque ti capisco
E ammetto che sbagliavo
Facevo le tue scelle
Chissa, chissa, chissa che pretendevo
Adesso che rimane
Di tutto il tempo insieme
Una donna troppo sola
Che anchora ti vuol bene


Perdere l'amore, quando si fa sera
Quando sopra il viso, c'è una ruga che non c'era
Provi a raggionare fai l'indifferente
Fino a che ri accorgi che non sei servira a niente


E vorresti urlare, soffocare il cielo
Sbattere la testa mille volte contra il muro
Respirare forte il suo cuscino
Dire e tutta colpa del destino
E ti avro vicino


Perdere l'amore, maledetta sera
Che raccoglie i cocci di una vita immaginaria

Pensi che domani e un giorno nuovo
Ma ripeti non me l'aspettavo, non me l’aspettavo


Prendere a sassate tutti i sogni ancora in volo
Li faro cadere ad uno ad uno
Spezzero le ali del destino
E ti avro vicino
Perdere l'amore