J’y crois encore

L.FABIAN & R.ALLISON

 

D’ici rien ne parle, rien ne bouge

Arrêt sur écran vivant

Isolée vaincue sans doute

Aliénée, pas même un battement

J’aimerais qu’on me ramène

Je ne reconnais plus les gens

Seule toute au fond de ma haine

La peine est mon dernier amant

 

Il faudrait que je me lève

Respire et marche vers l’avant

Bâtisse à nouveau la grève

Enterrée par mes sables mouvants

Et me souvenir de celle

Qui n’existe plus vraiment

Redevenir la rebelle

Et la bête vaincue par l’enfant

 

J’y crois encore

On est vivant tant qu’on est fort

On a la foi tant qu’on s’endort

La rage au ventre

J’y crois encore

À tout jamais jusqu'à la mort

Le silence a eu tort

J’y crois encore

 

Et que l’espace où j’en crève

Devienne un autre néant

Quand le ciel dévoilé soulève en moi

L’âme et l’émoi d’un géant

Me retourner sans un geste

Du passé m’en passer vraiment

Cracher sur tout ce qui blesse

Ramener le futur au présent

 

Refrain

 

J’y crois encore

À tout jamais jusqu'à la mort

Le silence a eu tort

J’y crois encore

 

Aimer Déjà

FABIAN & R.ALLISON

 

Que faire de la terre

Qui ne tourne pas

Que faire de l’enfer

Je n’y descends pas

Pour qui cette mer

Qui ne berce pas

Et puis l’éphémère

Je n’y reste pas

 

Je me demandais

Si tu comprendrais

Mais comprendre quoi

Les mots, ça ne retient pas

 

J’irai toujours là où c’est calme

J’irai toujours là où c’est droit

Où mon honnêteté désarme

Ce que jamais tu ne comprendras

J’ai appris à travers ces larmes

Qu’il faut en aimer mieux que ça

Que les mensonges

Sont comme des larmes

Qui tranchent et je n’y coupe pas

 

J’irai toujours là où c’est calme

J’irai toujours là où c’est droit

Où l’infini sera ma flamme

Mais ça, jamais tu ne le verras

C’était pas toi

Je n’savais pas

Je n’t’en veux pas

Pas plus qu’à moi

 

Que faire de nos guerres

Je n’y tomberai pas

Échec et mat hier, je n’y reviens pas

Apprendre et se taire

En casser parfois

Inspirer de l’air

Expirer de toi

 

Je me demandais

Si tu m’entendais

Mais entendre quoi

Les mots qui ne retiennent pas

 

Refrain

 

Que faire de…

Aimer déjà

 

S’en aller

L.FABIAN & R.ALLISON

 

Il n’y a vraiment plus rien qui te retienne

La couleur de ce destin , c’est plus la tienne

Et ce qui te tend les mains en vaut la peine

Il te faudra te choisir cette fois

D’hier il n’y a que le bien que tu emmènes

Bien que tu sois loin déjà, encore s’éteignent

Les feux allumés par tes envies soudaines

De n’être qu’à toi ce que tu n’osais pas

 

 

Et s’en aller

Comme on s’égare pour mieux recommencer

Le moment est arrivé

Et s’en aller

Comme on revient

Comme on revient vers soi enfin

Comme on revient vers soi enfin

 

D’une histoire à l’autre tu changeais de repères

Comme le soleil tournait autour de la Terre

Et depuis que tu vis ta vie à ta manière

Tu te reçois cinq sur cinq cette fois

 

Et s’en aller

Comme on s’égare de mieux recommencer

Le moment est arrivé

Et s’en aller

Comme on revient

Comme on revient vers soi enfin

Et s’en aller

Comme on s’avoue que vivre a commencé

C’est le moment de vérité

Et s’en aller

Comme on revient vers soi

Comme on revient vers soi enfin

 

Il fallait une moitié de vie

Pour arrêter de retenir

La force qui pousse l’autre demie

À tout changer, à te redevenir

 

Et s’en aller

Comme on s’égare pour mieux recommencer

Le moment est arrivé

Et s’en aller

Comme on s’avoue que vivre à commencé

C’est le moment de vérité

Et s’en aller

Comme on s’égare pour mieux recommencer

C’est le moment de vérité

Et s’en aller

Comme on revient

Comme on revient vers soi enfin

Là c’est le moment

De la vérité

Véritablement

Et puis s’en aller

Là c’est le moment

De tout avouer

Déclarer clairement

Toute la vérité

Et s’en aller…

 

Silence

L.FABIAN & R.ALLISON

 

J’ai tant appris

De ces moments de détresse

Et si j’ai grandi

C’est au prix de la forteresse

Où dorment les rêves

Un peu trop fous

Je rêve mieux depuis

 

Ce qui m’a aidée

C’est pas vraiment ce qui blesse

Mais plutôt le bruit

Qui nous guette quand ce qui reste

Est un défi

Qui remplit l’espace

Qu’aucun mot ne replace

 

Le silence, silence

C’est l’ami tout au fond d’un regard

Qui nous crie ce qu’on ne veut pas voir

Une dernière chance

Alors que l’on s’égare

En silence

 

On est demain

Soudain j’entends quelques pas

Pourtant y’a plus rien

Enfin y’a plus rien que moi

Et là j’ai compris

Qu’il est parti

En me laissant ce cri

 

Refrain

 

Le silence, silence

Qui nous laisse au bout de ce couloir

Qui nous regarde dans ce miroir

Et qui reprend sa place

Quand on se refait face

En silence…

Alors que l’on s’égare

Refrain

En silence…

 

Parce que tu pars

L.FABIAN, R.ALLISON

 

Tout ne rime à rien

Quand on n’a même plus peur

Toutes les raisons

De rester sont les leurs

Rien ne te retient

Surtout pas le bonheur

Que tu ne cherches plus

C’est plus l’heure

 

Je suis là pour ne

Pas regretter l’absence

Des mots et des liens

Qui empêchent le silence

Dis-moi s’il te plaît

Ce qu’on verra trop tard

Le dernier aveu est-il

Ce regard ?

 

Parce que tu pars

Parce que tu pars

On restera brisé

Devant l’irréparable

Parce que tu pars

Parce que tu pars

On étreindra tout

Contre soi l’intolérable

Parce que tu pars

 

Jure-le que cet échec

N’est pas ton avenir

Ce qui t’aura pris la tête

Oublie-le pour te choisir

Et si tu veux bien

On cassera la gueule

À ce foutu destin

Qui rend seul

 

Refrain

Parce que tu pars

 

Parce que tu pars

Parce que tu pars

On questionnera chaque

Journée inévitable

Parce que tu pars

Parce que tu pars

On étreindra tout

Contre soi l’intolérable

Parce que tu pars

 

Parce que tu…

 

Je suis mon coeur

C.LIDON, D.LAVOIE

 

J’ai peur qu’ça m’démange

Que ça recommence

J’ai peur d’oublier

Le mal que ça fait

 

Comme une revanche

Sur le manque et l’absence

Vers cinq heures du soir

Quand le ciel s’en va

 

Même si ça dérange

Ma vie et le bon sens

Je ne peux pas

M’en passer comme ça

 

Tu reviens et ça recommence

Je veux croire encore à la chance

Je m’abandonne à l’évidence

Même si j’ai peur, je suis mon coeur

 

Toujours en partance

Vers une longue errance

Au cœur de nulle part

Où l’amour se noie

 

J’ai peur de l’offense

Des profonds silences

J’ai peur de ta voix

Qui ne répond pas

 

J’ai peur de la confiance

Perfide et ignorante

Sur un mur de pourquoi

Se cogne tout droit

 

Tu reviens et ça recommence

Je veux croire encore à la chance

Je m’abandonne à l’évidence

Même si j’ai peur, tu es mon cœur

J’ai peur qu’ça me démange

Que ça recommence

Quand le bonheur est là

 

Tout casser pour toi…

 

TANGO

L.FABIAN, R.ALLISON

 

Mais qu’est-ce que je fous là ?

Je sombre au fond de toi

Quelle heure est-il et quel feu me noie

Fait-il noir ou clair, j’ne sais pas

Ma peau se colle au rouge de ton sang

Qui bouge et qui coule vers moi

Je danse et je me bats

 

Et j’enroule mes chevilles autour de toi

Mes jambes se plient

Je contourne tes hanches

Sur mes reins se joue ta revanche

Je prie en vain mais toi tu ris,

Une soif s’assouvit

Je danse ou je me bats

Je n’sais pas, je n’sais pas

 

Tango, mi amor

Tu me fais mal et mon sort

Est le bien qui me dévore

Quand mon corps se tord

Tango, mi amor

Animal ou matador

L’un de nous deux est plus fort

Quand mon corps se tord

 

Mais le doute s’installe

Je me sens comme en cavale

La vie me pousse dans la course

Mon corps qui te repousse

Tes gestes me rappellent

Que tu n’as pas sur moi

Le droit que je te dois

Je danse et je me bats

Mais comment dire à qui, à quoi,

À qui je suis

Quand de n’appartenir qu’à toi est le défi

Et si je te disais qu’il n’y a pas que toi

Je danse et tu te bats

Je danse et tu te bats

 

Refrain

 

Tango mon corps

Ne t’appartient pas encore

Et si mon âme s’en sort

Mon corps lui, se tord

 

Imagine

L.FABIAN,R.ALLISON

 

Imagine un endroit

Un univers uni

Un jardin pour demain

Où l’on parle d’aujourd’hui

 

Imagine un ébat

Qui durerai toujours

Et ça ne serait pas

Qu’une simple histoire d’un jour

 

Imagine qu’une voix

Ne soit pas celle qui pense

Mais plutôt un débat

Interdit de silence

 

Imagine qu’une idée

Jamais ne nous retienne

Qu’elle soit la nôtre ou non

Pourvu qu’elle nous enseigne, pourvu qu’elle nous enseigne

 

Imagine que le sang

S’échange pour la vie

Que la vie soit l’enfant

D’un ciel sans débris

 

Imagine que tu parles

Sans te priver des mots

Ils seront tes escales

Ils t’emmèneront plus haut

 

Imagine que l’amour

Soit le nouveau héros

Et que nos couleurs

S’exilent de nos drapeaux

 

Imagine qu’une image

Soit belle d’imperfection

Pas un hommage

À la contrefaçon

 

Imagine, imagine, imagine

Imagine, imagine, imagine

 

Imagine que de deux

Ne naisse que le meilleur

Que l’un soit pour l’autre

Un cercle issu du cœur

Imagine qu’un galet

Soit le témoin errant

Que nous sommes bien passés

Que nous sommes bien vivants

 

Imagine si tu veux

Que rien ne changera

Je sais qu’on a fait au mieux

Le prochain, lui, pourra

 

Imagine que la loi

Nous vienne d’une seule croyance

Qui ne rejette rien

Rien que nos intolérances

 

Imagine, imagine, imagine

Imagine, imagine, imagine

 

N’imagine plus rien

Pendant que toi et moi on parle

Je vois déjà nos mains

S’emparer d’une étoile

 

Imagine, imagine, imagine…

Imagine, imagine, imagine…

Imagine, imagine,……

 

Tu es mon autre (duo avec Maurane)

L.FABIAN, R.ALLISON

 

Âme ou sœur

Jumeau ou frère

De rien mais qui es-tu

Tu es mon plus grand mystère

Mon seul lien contigu

Tu m’enrubannes et m’embryonnes

Et tu me gardes à vue

Tu es le seul animal

De mon arche perdue

 

Tu ne parles qu’une langue

Aucun mot déçu

Celle qui a fait de toi mon antre

L’être reconnu

Il n’y a rien a comprendre

Et que je passe l’intrus

Qui n’en pourra rien attendre

Car je suis seule à les entendre

Les silences et quand j’en tremble

 

Toi, tu es mon autre

La force de ma foi

Ma faiblesse et ma loi

Mon insolence et mon droit

Moi, je suis ton autre

Si nous n’étions pas d’ici

Nous serions l’infini

 

Et si l’un de nous deux tombe

L’arbre de nos vies

Nous gardera loin de l’ombre

Entre ciel et fruit

Mais jamais trop loin de l’autre

Nous serions maudits

Tu seras ma dernière seconde

Car je suis seule à les entendre

Les silences et quand j’en tremble

 

Refrain

 

Et si l’un de nous deux tombe

 

Rio

L.FABIAN, R.ALLISON, V.THOMA

 

Libre et rebelle

Tu es de celles

Qui danse et bats

Au rythme de la samba

Ipanema n’est pas que la fille que l’on croit

 

Dans cette ville

Le cœur dans l’eau

Une forêt

Est le refuge des bateaux

Toutes les nuits

Rouge est la lumière de sa peau

 

C’est plus la peine

Je ne suis plus la même

 

Rio

Ton pain de sucre est un oiseau

Jésus lui-même en a quitté sa croix

Il veille en toi les bras ouverts

 

Et tes enfants

De tous les sangs

Marchant sur les toits

Il n’y pas que Guanahara

Le ballon au pied

Aucun rêve ne peut s’effondrer

 

L’hiver est mort

L’été, c’est janvier

 

Refrain

 

Rio

Carioca, c’est ça ton drapeau

Chaque couleur définissant ta foi

 

Vert Tijuca

Bleu nuit bossa

Jaune Copacabana

Blanche et Certi

L’eau est la Terre

Où tu prends vie

Rio

 

Refrain

 

Rio fala do amõr

Rio fala do amõr

Rio fala do amõr

Rio fala do amõr

Rio fala do amõr

Rio fala do amõr

 

 

Bambina

L.FABIAN, J.CLEWER

 

Rien qu’une petit espace

Une toute, toute petite trace

Un petit mal qui reste

Tout c’que tu déteste

Je prends ma petite place

D’un trait de larmes j’efface

Les souvenirs terrestres

Qui traînent dans ma veste

 

Bambina, tu me manques

Les photos qui me hantent

Sont des parfums de rues

Où je ne vais plus

 

Bambina

De ta petite voix

Je parle de nous tout bas

Et quand ça les fais rire

Ça me déchire

Car d’apparence tu vois

Je ne te ressemble pas

J’ai plutôt l’air de celle

Qui grandit en toi

 

Refrain

 

Bambina, si vivante

Reviens, j’ai mal au ventre

Bambina, dans ce corps

J’ai ton cœur qui bat

 

Je t’attends en bas dans la rue

Où l’autobus ne passe plus

Je chante à tue-tête

Tu verras j’ai la même voix

 

Refrain

 

Bambina

Reviens j’ai mal au ventre

Bambina, dans ce corps

J’ai ton cœur qui bat

Rien qu’un petit espace

Une toute, toute petite place

 

Immortelle

L.FABIAN, R.ALLISON

 

Si perdue dans le ciel

Ne me restait qu’une aile

Tu serais celle-là

 

Si traînant dans mes ruines

Ne brillait rien qu’un fil

Tu serais celui-là

 

Si oubliée des dieux

J’échouais vers une île

Tu serais celle-là

Si même l’inutile

Restait le seuil fragile

Je franchirais le pas

 

Immortelle, immortelle

J’ai le sentiment d’être celle

Qui survivra à tout ce mal

Je meurs de toi

 

Immortelle, immortelle

J’ai décroché un bout de ciel

Il n’abritait plus l’éternel

Je meurs de toi

 

Si les mots sont des traces

Je marquerai ma peau

De ce qu’on ne dit pas

Pour que rien ne t’efface

Je garderai le mal

Pas te faire peur

S’il ne reste que ça

 

On aura beau me dire

Que rien ne valait rien

Tout ce rien est à moi

 

À quoi peut me servir

De trouver le destin

S’il ne mène pas à toi

Immortelle, immortelle

J’ai le sentiment d’être celle

Qui survivra à tout ce mal

Je meurs de toi

 

Immortelle, immortelle

J’ai déchiré un bout de ciel

Il n’abritait plus l’éternel

Je meurs de toi

Je meurs de toi…

 

Immortelle, immortelle

J’ai le sentiment d’être celle

Qui survivra à tout ce mal

Je meurs de toi

 

Immortelle, immortelle

J’ai décroché un bout de ciel

Il n’abritait plus l’éternel

Je meurs de toi

 

Le roi est une femme

D.GOLEMNAS, D.SEFF

 

Mon sang soleil

Veine sanguine

Descendre à l’âme

Comme à la mine

Frotter la chair

Noircie dessous

L’air m’a manqué

À tes genoux

Ma barbarie

Que rien ne chasse

Combien de temps

De guerres lasses

Entend l’amour

Que nous faisions

Passé le fruit

L’hiver est long

 

Roi de Sicile

Ou d’une île aussi seule

Ici le roi est une femme

Le roi est une femme

Et ma peau toujours se grise

D’être facile et soumise

Le roi, le roi est une femme

Le roi est une femme, le roi

 

Mon sang que j’aime

Passe à mon coeur

Régner ne doit

Chercher la peur

Trouver c’est tout

On vit encore

Loin de chez nous

 

Au saut du ciel

Nos ailes se suivent

De mes épaules

Jusqu'à tes griffes

Par ces points d’eau

Dont tu me prives

Comme la mer

Sur les récifs

 

Refrain

Le roi est une femme…