Puisque c’est l’amour

Cournoyer/Kuzma/Pickell/Marnay

 

Et ton visage au bout des doigts

Je te prends la forme de l’avenir

C’est un chemin tout droit

C’est un grand sourire

On n’a rien à perdre

Même si l’inconnu

Peut nous surprendre au coin de la rue

 

Puisque c’est l’amour

Prenons l’amour

Comme on prendrait le droit

De vivre

Et si c’est un rêve

Faisons d’un rêve

La réalité

D’aimer

 

De flamme ou de pluie

De corps ou d’esprit

Et sans jamais compter les jours

De joies et de peines

Prenons ceux qui viennent

Puisque c’est l’amour

 

S’il y a des pierres sur le chemin

Il suffira de leur parler

De les prendre en mains

Les apprivoiser

On a vu des pierres

Se changer en or

Des cailloux devenir des trésors

 

Puisque c’est l’amour

Prenons l’amour

Comme on prendrait le droit

De vivre

Et si c’est un rêve

Faisons d’un rêve

La réalité

D’aimer

 

Quand l’un s’en ira

L’autre attendra

On s’aimera chacun son tour

Les cœurs se reprennent

Au bord de la haine

Puisque c’est l’amour

 

Même les blessures s’effacent

Les heures brisées se remplacent

Vouloir

Il suffit de vouloir

Non rien n’est cassé

Ni rompu

Ni perdu

Tant qu’on garde l’espoir

 

Puisque c’est l’amour

Prenons l’amour

Comme on prendrait le droit

De vivre

Et si c’est un rêve

Faisons d’un rêve

La réalité

 

De flamme ou de pluie

De corps ou d’esprit

Et sans jamais compter les jours

De joies et de peines

Prenons ceux qui viennent

Quand l’amour est là

 

Les cœurs se reprennent

Au bord de la haine

Puisque c’est l’amour…

 

Tu t’en vas

Fabian/Allison/Parent

 

Si je pouvais

Je te dirais

Reste avec moi

Sur mon cœur et mon âme

Se brise une larme

Je n’ai pas le droit

J’ai envie de te garder là

Te parler tout bas

Quand ma peau nue frémit sous tes doigts

Et je vois dans tes yeux

Que c’est elle que tu veux

 

Tu t’en vas en me laissant seule derrière toi

Tu t’en vas et mon cœur s’envole en éclats

Tu t’en vas en arrachant un bout de moi

Mais tu t’en vas

Retrouver ceux qui t’appartiennent

Retrouver celle qui se fait tienne sous tes draps

 

Anéantie je te souris

Je n’peux plus parler

Je regarde derrière moi et je prends dans mes bras

Le calendrier

Des jours à t’attendre, à mourir, à m’ennuyer de toi

J’aurais envie d’aller tout lui dire

Mais si tu n’me revenais pas

Comment te garder près de moi

 

Tu t’en vas en me laissant seule derrière toi

Tu t’en vas et mon cœur s’envole en éclats

Tu t’en vas en arrachant un bout de moi

Mais tu t’en vas

C’est la dernière fois

Je ne suis qu’une deuxième voix

Celle que ton cœur n’entendra pas

Va t’en retrouver celle qui t’aime sous ton toit

 

Leïla

Meissner/Fabian

 

L’or d’une nuit d’orient coule à flots

Le parfum des fleurs d’oranger si doux

Le thé au jasmin parfume ta peau

Des milliers de diamants roulent

 

Assise comme une image au bord de l’eau

Sa peau cuivrée attire même les bateaux

Elle est bien trop belle, ces murs bien trop hauts

Même si elle est fidèle à leurs désirs

Elle voudrait au moins choisir

De vivre comme une reine

Ou d’être un sirène

 

Quand le jour se lève

La nuit tombe à genoux, Leïla danse

Le plus fou des rêves brille à son cou, Leïla

Sur le toit du palais elle cueille des étoiles, Leïla chante

Leïla les anges ont des voiles

 

Elle a appris à parler cette langue

Que seuls les sultans ont le droit d’apprendre

Les yeux voilés, le corps à moitié nu

Elle danse et sans aucune retenue

Sourit mais pense à partir

Pour vivre comme une reine

Ou être une sirène

 

Refrain

 

Elle se sent

Partirait mais reviendrait bientôt

Elle pourrait enfin choisir

De vivre plus libre…Leïla

 

Elle va enfin choisir de vivre comme une reine

Ou être une sirène

 

Refrain x 2

 

Leïla, Leïla, Leïla

Leïla danse

Leïla

Leïla chante

Leïla danse…

 

Il existe un endroit

Fabian/Pickell

 

Au bout de tout

De ce bleu immense

Au bout de mes jours

Et de ton cœur qui danse

A portée de mains

Et de l’esprit il y a

Plus que notre avenir

A portée du cœur

Il faut partir

 

A cent mille lieux

De tes yeux si clairs

Il a cent mille feux

Qui nous brûlent les ailes

Je les emmènerai ces yeux

Et pour un peu nous oublierons l’univers

Tu me suivras

Enfin j’espère

 

Il existe un endroit au bout de la terre

Où je passerai ma vie entière à te plaire

Il existe un endroit où même le doute

Laisse sa place à l’eau qui coule goutte à goutte

Il existe un endroit où même je suppose

Que le temps entre toi et moi marquerait des pauses

Il existe un endroit

Où même le vent s’arrêtera

 

Dans ce paradis trop petit pour tous

Je fais notre nid, ne l’ai garni que de mousse

De brindilles de soleil, de fleurs, de miel

Et puis à ton réveil

Je boirai tes mains et toi ma bouche

 

Refrain

 

Où même le vent s’arrêtera

 

Je suis malade

Dona/Lama

 

Je ne fume plus

Je ne rêve plus

Je n’ai même plus d’histoire

Je suis sale sans toi

Je suis laide sans toi

Comme une orpheline dans un dortoir

Je n’ai plus envie

De vivre ma vie

Et même mon lit

Se transforme en quai de gare

Quand tu t’en vas

 

Je suis malade

Complètement malade

Comme quand ma mère sortait le soir

Me laissant seule avec mon désespoir

Je suis malade

Complètement malade

J’arrive on ne sait jamais quand

Tu pars on ne sait jamais où

Et ça va faire bientôt deux ans

Que tu t’en fous

 

Comme à un rocher

Comme à un péché

Je suis accroché à toi

Je suis fatiguée

Je suis épuisée

De faire semblant d’être heureuse

Quand ils sont là

 

Je bois toutes les nuits

Et tous les whiskys pour moi ont le même goût

Et tous les bateaux

Portent ton drapeau

Je ne sais plus où aller

Tu es partout…

 

Je suis malade

Complètement malade

Je verse mon sang dans ton corps

Et je suis comme un oiseau mort

Quand toi tu dors

 

Je suis malade

Parfaitement malade

Tu m’as privée de tous mes chants

Tu m’as vidée de tous mes mots

Pourtant moi j’avais du talent

Avant ta peau…

 

Cet amour me tue

Si ça continue je crèverai seule avec moi

Près de ma radio

Comme un gosse idiot

Écoutant ma propre voix qui chantera

 

Je suis malade

Complètement malade

Comme quand ma mère sortait le soir

Et qu’elle me laissait seule avec mon désespoir

Je suis malade

C’est ça, je suis

Tu m’as privée de tous mes chants

Tu m’as vidée de tous mes mots

Et j’ai le cœur complètement malade

Cerné de barricades

T’entends…Je suis malade

 

Je vivrai

Marx/Gaitch/Marnay

 

Pour toi

J’ai déserté la terre

J’ai fait ma frontière

De ton nom et des tes yeux

C’est toi

Oui, c’est toi seul au monde

Plus jamais personne

Ne me fera vivre à deux

 

Et pourtant je sais

Que si tu me quittais aujourd’hui même

Autant que je t’aime

Je vivrais

 

J’irais

Rencontrer mes larmes

Écarter des flammes

Mélanger ma vie à d’autres vies

Suivie

De ton ombre immense

Pourtant ta présence

Du passé à l’avenir

Et remplie de toi

Avec cette force qui me vient de toi

Si tu t’en allais

Je vivrais

 

Je vivrais

Comme on vit parce qu’on doit vivre

Oui je vivrais

Libérée sans être libre

 

Tu vois

Que sans toi j’existe

À peine un peu triste

Oui sans toi j’existerais

Avec toi pourtant

Si je n’ai rêvé, si tu m’attends

Au lieu d’exister

Je vivrai

 

Que tu partes ou non

Je vivrai, je vivrai, je vivrai, je vivrai, je vivrai, je vivrai

 

Que tu restes ou non

Je vivrai, je vivrai…

 

Au loin là-bas

Shy/Marx/Gaitch/Allison

 

Mon cœur s’est perdu

Entre le ciel et l’eau

Emporté par le vent chaud

 

Les reflets du ciel

Qui dansent sur ta peau

Je dérive sur un bateau

 

Tout ce temps à vivre à contre-courant

Je t’attends où la mer devient l’océan

 

Emmène-moi

Où le soleil brillera

J’ai besoin de m’envoler

Au loin là-bas

Où l’amour ouvre ses bras

Où nos vies vont voyager

 

Si j’échoue sur une île

Perdue sur le rivage

Tu trouveras mon message

Entre l’Équateur et une île tropicale

Nos deux cœurs

Feront escale

 

Tout ce temps à vivre à contre-courant

Je t’attends où la mer devient l’océan

 

Refrain

 

Comme un bateau sans ses voiles

Tu vois, je n’arrive pas

Je me perd dans les étoiles

Un jour tu me trouveras

Au loin là-bas

 

Emmène-moi, au loin là-bas, au loin là-bas

 

Refrain

 

Au loin là-bas

Où le soleil brillera

Où nos vies vont voyager

Au loin là-bas

Où l’amour ouvre ses bras

Au loin là-bas

J’ai besoin de m’envoler

Au loin là-bas, au loin là-bas….

 

Ramène-moi

Fabian/Meissner

 

Comment as-tu pu me laisser partir

Pourquoi n’as-tu pas pu me retenir

Comment as-tu pu laisser mes yeux me fuir

 

Si loin de ton âme et de ta chaleur

Ma vie déséquilibrée sans couleurs

Où sont toutes ces heures passées aux bord des mots

De la peau

 

Si jamais je me perds

Dans d’autres yeux plus clairs

Si je tombe sans pouvoir

M’arrêter

 

Ramène-moi vers ton destin

Ramène-moi jusqu’à tes mains

Celles qui m’ont fait mourir un soir

Il n’est jamais trop tard

Emmène-moi comme si c’était

La première fois que tu m’aimais

Je revivrai sans me lasser

Ces moments enlacés

 

Pourquoi doit-on croire à toutes ces histoires

D’amour qui n’ont pas connu la gloire

J’veux être la dernière à oublier les mots

Qu’il faut…

 

Si jamais tu me vois

Perdue dans d’autres bras

D’un autre que toi

N’y crois pas

 

Refrain

 

Réinvente-moi une histoire

Que je suis seule à croire

Ramène-moi tes délires ce soir

 

Refrain

 

Ramène-moi, ramène-moi, ramène-moi

Emmène-moi

La première fois…

 

Pas sans toi

Fabian/Allison

 

Sèche tes pleurs

Je ne partirai pas

Il m’en faudrait bien plus que ça

Pour tout détruire, anéantir, pas ça

 

Sèche tes pleurs

Et refais-moi l’amour

Te souviens-tu de cet enfant

Que tu voulais m’faire en chantant

Je t’aime encore si fort

 

Pas sans toi

Je ne la vivrai pas cette vie-là

Si tu me reprenais dans tes bras

On pourrait reconstruire tout ça

 

Pas sans toi

Ce serait comme renier ma vie

Ce serait comme étouffer un cri

Si j’ai tort éloignes-toi

Si tu m’aimes

Attends-moi

 

Sèche tes pleurs

Le temps nous attendra

Nous nous sommes perdus dans tout ça

Il n’y a plus d’raisons d’avoir peur, je crois

 

Sèche tes pleurs

On est tellement plus fort

Que toutes ces heures, tous ces remords

On s’oubliait, on n’avait tort

Je t’aime encore si fort

 

Pas sans toi

Je ne la vivrai pas cette vie-là

Si tu me reprenais dans tes bras

On pourrait reconstruire tout ça

 

Pas sans toi

Ce serait comme renier ma vie, ma vie

Ce serait comme étouffer un cri

Si j’ai tort éloignes-toi

Si tu m’aimes attends-moi

 

Sèches tes pleurs

Refais-moi ce sourire

Celui qui ne fait pas vieillir

Ni mon âme, ni mon corps

Je t’aime encore si fort

 

Dites-moi pourquoi je l’aime ?

Fabian/Fox/Pickell

 

Dites-moi pourquoi je l’aime

Dites-moi pourquoi

C’est comme un cadeau

Que le ciel me fait d’en haut…haut…haut

Quand cet amour nous enchaîne

S’accroche à la peau

Dites-moi pourquoi je l’aime

Dites-moi pourquoi c’est trop

 

Pourquoi faut-il que je l’aime

Et que sa vie

Sa vie me coule dans les veines

Et dans ses mains je supplie…oui…oui

Chaque fois je me déchaîne

Quand il prend ma vie

Je ne sais plus comment

Ni où s’enfuit le temps

Quand mon cœur se meurt et se perd dans ses bras

 

Dites-moi pourquoi je l’aime

Dites-moi pourquoi

Il est comme un bateau

Qui m’emmènerait sur l’eau, l’eau, l’eau

Au lieu de garder ma peine

Je crie bien plus fort

Encore plus fort que je l’aime, je l’aime, je l’aime

Et que je l’aimerai encore, encore, encore

 

Le ciel, ciel, m’en a fait cadeau

Quand dans ses bras, mon corps

Toute sa vie dévore

Je prie pour qu’il m’enlace encore et encore

 

Dites-moi pourquoi je l’aime

Dites-moi pourquoi

Il est comme un bateau

Qui m’emmènerait sur l’eau, l’eau, l’eau

Et si jamais j’ai de la peine

Je crie bien plus fort

Encore plus fort que je l’aime, je l’aime

Et que je l’aimerai encore, encore

 

Dites-moi pourquoi je l’aime

Je sais que je l’aime encore

 

Saisir le jour

Langis

 

Quelles que soient tes peurs

Quelle que soit la raison de tes pleurs

Quelle que soit la peine

Qui a envahi ton cœur

 

Quelles que soient les chances

Que tu n’as pu retenir

Quelle que soit l’enfance

Où tu as dû grandir

 

Tu dois

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

 

Si hauts sont les murs

Qui te retiennent et qui t’offensent

Si longues les chaînes

Qui te volent ton existence

 

Quelle que soit l’absence

Que tu as dû subir

Qu’importe ce silence

À quoi bon de mentir

 

Refrain

 

Qui t’appelle…

 

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

 

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

 

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

Saisir le jour

Laisser la vie suivre son cours

Choisir l’amour

Qui t’appelle à ton tour

 

Saisir le jour…

 

Si tu m’aimes

Allison/Fabian

 

Je le sens

Je le sais

Quand t’as mal à l’autre bout de la terre

Quand tu pleures pendant des heures

Sur mon cœur

Je pourrais hurler

Le jurer même si je ne vois rien

D’où je suis-je sens ton chagrin

 

Quand je me vois sans tes mains

Sans tes bras je ne peux plus respirer

Et j’entends si souvent

Le chant du vent

Qui vient pour me ramener

Vers tes landes sous ton ciel d’Irlande

Quitter ma vie sans préavis je le ferais

Si tu m’aimes

 

Même si j’ai tort

Tout est plus fort

Que la raison

Tout est plus fort que ton nom

Que je redis que j’écris sans arrêt

Sur les écrans de ma vie

Et j’espère que chacune des aurores

Que je vois me mènera à ton corps

Je quitterai tout si tu m’aimes

 

Je sais que je n’me trompe pas

Que quelqu’un part au loin là-bas

Tu penses encore à moi

Tu m’as gradée dans tes bras

Une place, un ébat

Dis-le moi tout bas que tu m’aimes

 

Je le sens

Tu penses encore à moi

Je le sais, tu m’as gardé tes bras

Dis-le moi

Que tu m’aimes

 

Bridge of hope

Jay

 

I want to believe

That my prayers are being heard

Lately it seems

They have all been wasted words

 

How many prayers will it take

How many tears must we cry

Till we can walk across that bridge of hope

To peace on the other side

 

I know we could change

The sadness into smiles

If we could all see the world

Through the eyes of a child

 

How many prayers will it take

How many tears must we cry

Till we can walk across that bridge of hope

To peace on the other side

 

If everybody has the same thoughts

And everybody shares the same dream

Can’t we get together

And make this world a better place

 

I had a dream

All our hatred turned into love

And every river of tears

Dried up into dust

Every woman and man

Standing side by side

Then we walked across that bridge of hope

To peace on the other side

 

If everybody has the same thoughts

And everybody shares the same dream

Can’t we get together

And make this world a better place

 

I want to believe

That my prayers are being heard

Lately it seems

They have all been wasted words

 

How many prayers will it take

How many tears must we cry

Till we can walk across that bridge of hope

To peace on the other side

 

Can we walk across that bridge of hope

And find peace

Sweet peace

On the other side

 

 

 Retour à l’index